Le hijab en France 

Aujourd’hui, en France, le hijab appelé médiatiquement le voile islamique, ou comme le prétendent les détracteurs, le voile politique est source de nombreuses polémiques suscitant à la fois fascination, indignation ou encore interrogation.

Ce tissu couvrant les cheveux des femmes musulmanes est le résultat d’un long cheminement personnel et spirituel

Ce cheminement intime, privé et intense abouti par sa profondeur et sincérité au délaissement des dictâtes de la société qui se veulent de contempler la femme selon des normes imposées. La femme doit être assujettie à leur représentation de la liberté, paradoxe n’est-ce pas? Cette notion même de percevoir et d’imposer une seule et unique vision de la liberté de la femme est liberticide.

Laissons cette polémique sans fin et sans véritable intérêt, et faisons un peu d’histoires

L’histoire du hijab 

Le hijab ou plus globalement le voile religieux existe dans toutes les religions abrahamiques. Dans les écritures sacrées nous trouvons des injonctions liées à la coiffure de la femme que cela soit dans la Torah ou encore dans la Bible. 

La première mention écrite établissant clairement l’obligation de la femme de se couvrir dans les tablettes du roi Téglath Phélasar 1 en 1115-1077 avant J.-C. : « Les femmes mariées (…) qui sortent dans les rues n’auront pas leurs têtes découvertes. Les filles d’hommes libres (…) seront voilées (…) La prostituée ne sera pas voilée, sa tête sera découverte. »

Tissu léger à porter mais lourd de sens, il est attesté et prouvé depuis des millénaires. Signe de pudeur et de modestie  nous le retrouvons dans les écrits Bibliques au Moyen-Âge en Occident,  il est une prérogative pour les femmes mariées, endeuillées et religieuse. 

Dans le judaïsme, nous retrouverons Rebecca, voyant Isaac se couvrir la tête de son voile; selon La Genèse 24, 65; 29, 23-25; 38,14.19. 

Dans le Cantique des Cantiques ou appelé aussi Chant Salomon, écriture attribuée à Salomon, roi D’Israël, sous forme d’écrits poétiques établissant un dialogue d’amour entre une femme et un homme, nous retrouvons les traces suivantes:  « Tes yeux sont des colombes à travers ton voile » (Ct 4, 1). 

Les rabbins avaient établi un code vestimentaire imposant aux femmes mariées de se voiler pour sortir. 

Dans le christianisme au temps de Jésus, les femmes mariées se couvraient la tête par un voile, d’ailleurs dans les églises la Sainte Marie est représentée vêtue d’un voile. 

Les religieuses jusqu’à aujourd’hui se voilent symbole de chasteté de dévouement profond à Dieu

On retrouve dans Louis Segond Bible : “Car si une femme n'est pas voilée, qu'elle se coupe aussi les cheveux. Or, s'il est honteux pour une femme d'avoir les cheveux coupés ou d'être rasée, qu'elle se voile.”

Le hijab en Islam 

En Islam, le voile est obligatoire à partir de l’âge de la puberté, non par soumission aux hommes ou à toutes autres créatures mais plutôt par obéissance au Créateur. Chaque musulmane chemine spirituellement  de manière différente tout le long de sa vie. 

Il est fait mention explicitement de voile dans les versets du Coran et dans de nombreux hadiths prophétiques nous permettons de connaître les préceptes. 

Les règles du hijab sont qu’il doit être couvrant; il doit dissimuler les cheveux, le cou, il ne doit pas être transparent et ne doit pas être une parure en lui-même. 

En Islam de nombreux versets et hadiths mentionnent l’obligation formelle du port du voile. Le monde Arabo-musulman à l’ère du numérique a connu une prise de conscience importante menant les musulmanes à  chercher outre les traditions répétitives sans spiritualité. 

Dans le Coran, traduction du sens nous relevons: « Ô Prophète, dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de se couvrir de leurs voiles : c’est pour elles le meilleur moyen de se faire connaître et de ne pas être offensées… » (sourate 33, v. 59).

« Dis aux croyantes de baisser leurs regards, d’être chastes, de ne montrer que l’extérieur de leurs atours, de rabattre leurs voiles ( khimâr ) sur leurs poitrines ! » (24, 31)

Avec le temps ce foulard devint à une certaine période, en Occident , un objet de mode distinguant les femmes chics, s’éloignant alors des principes initiaux de cet accessoire. 

Quelles sont les différents modèles de hijabs ?  

Le monde de la Modest fashion, a permis de diversifier les styles de hijab. Autant de couleurs, de tendances, de matières qui permettent aux femmes musulmanes de choisir selon leur conception, compréhension religieuse et leur goût le voile qui leur correspond LIBREMENT.

Chaque musulmane le porte selon son évolution spirituelle. Il existe différents voiles portés par les musulmanes:

  • Burka ou burqa : porté surtout en  Afghanistans, Pakistans et certains pays de l’Asie centrale, il se porte entièrement couvrant ne laissant paraître que les yeux recouverts d’un grillage en tissu.
  • Tchadri ou tchador : porté principalement Iran et en Inde, pièce de tissus ouverte sur le devant laissant apparaître le visage et tenue par les mains il est porté par les pratiquantes. 
  • Niqab : largement répandu au Moyen Orient, dans certains pays d’Asie et Indien , il est entièrement couvrant.
  • Sitar : voile permettant de cacher les yeux se portant en complément pour les femmes souhaitant cacher les yeux. 
  • Hijeb, hijab ou hidjab est la tenue musulmane la plus courante en Occident, est un voile qui couvre les cheveux, les oreilles et le cou. 
  • Le jilbab ou jilbeb est un long voile couvrant très ample qui descend jusqu’au genou ou jusqu’au pied ne laissant pas paraître la forme du corps ou des épaules. 
Product added to wishlist
Product added to compare.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.